Please reload

PAR TAGS : 

Please reload

POST RÉCENTS : 

ME SUIVRE : 

  • Facebook Clean Grey
  • Twitter Clean Grey
  • Instagram Clean Grey

« Le goût du bonheur », une trilogie marquante

03/07/2017

 

Est-ce que je suis la seule qui a toujours hâte de terminer un roman ou une série de roman, pour savoir comment il se termine, mais qui est toujours triste lorsque je le termine ? Qui a parfois des obsessions sur des romans que je ne peux plus m’arrêter de le lire, comme vous pouvez voir sur la photo. Pendant une journée au spa, je n’ai pas pu m’empêcher de lire, tellement j’étais curieuse de connaitre le dénouement.

 

Il y a quelques mois, ceci s’est produit avec la série Outlander. Cette semaine, à nouveau, j’ai terminé une trilogie qui m’a fait vibrer d’émotions, « Le goût du bonheur », de Marie Laberge. Avant la lecture de cette trilogie, j’avais évidemment déjà entendu parler d’elle. Qui aime la littérature française/Québécoise, sans déjà avoir entendu parler de Marie Laberge ou sans l’avoir déjà vue dans une photo (une dame souriante avec une mèche noire parmi des cheveux gris)? 

 

La trilogie s’est vendue à plus de 500 00 exemplaires avant même que je prenne le temps de le lire. Oui, je regrette de ne pas l’avoir lu avant. Lorsqu’une amie me les a prêtés, je dois avouer qu’il m’a fallu quelques chapitres avant de plonger dans cette histoire phénoménale. Le titre de la trilogie, « Le goût du bonheur », explique bien l’objectif de ces livres, soit d’être heureux. Chaque roman porte le nom d’un personnage, Gabrielle, Adélaide et Florent. Par contre, tous les livres sont une continuité d’une histoire de famille. Du 1er au 3e tome, la petite vie de la famille Miller est démontrée. Dès les premières pages, nous apprenons à connaitre Gabrielle, la mère, sa fille Adélaide et un ami de la famille, Florent. Leurs petites vies quotidiennes, remplies d’aventures et d’histoires sont expliquées.

 

L’une des raisons pour lesquelles j’ai pleuré, ri et été vraiment trop émotive à plusieurs reprises est bien due à l’attachement qui est créé avec ces personnages, cette vie. L’histoire se déroule avant, pendant et après la Deuxième Guerre mondiale. L’écriture de Marie Laberge est tellement parfaite, que l’on s’y croirait. J’avais l’impression de vivre l’amour, le déchirement et l’anxiété que ces personnages ont vécus. Cette écrivaine a même réussi à me faire comprendre pourquoi la religion était si importante à cette époque et comment les gens la laissaient prendre le contrôle dans une vie. Ce n’est pas toutes les écrivaines qui ont un talent assez grand pour faire vivre ce genre d’émotions à ses lecteurs.

 

Par conséquent, l’aspect que j’adore dans cette trilogie est le nombre de thèmes qui sont abordés. En plus d’avoir des aventures et du drame au sein de la famille que plusieurs vivent tous les jours, « Le goût du bonheur », prend place dans une ère de changements et de révolution pour plusieurs.

 

Avec ces personnages, vous allez vivre l’époque où cette dernière perd l’emprise des familles 

canadiennes françaises, l’apparition de la télévision et de la pilule contraceptive, l’époque où les femmes ont commencées à prendre la tête des entreprises, l’époque où les femmes ont commencées à vivre leur féminité et sexualité comme elles le souhaitaient, avoir la honte d’être homosexuel comme l’époque et même de voir l’apparition et le mystère qu’apporte les personnes atteintes de trouble mental ou comme appelé dans le roman ‘’les fous’’. Tous ces époques et biens plus encore sont touchés par la romancière Marie Laberge. Donc plutôt que de lire plusieurs livres qui touchent ces thèmes, j’ai simplement lu à lire la trilogie « Le goût du bonheur ».

 

Il est évident que dans quelques années, je vais vouloir relire cette trilogie, mais d’ici là, je vais m’attaquer à d’autres romans de Marie Laberge!

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

© 2017. Les trois brunettes. Créé avec Wix.com

  • b-facebook
  • Instagram Black Round