Please reload

PAR TAGS : 

Please reload

POST RÉCENTS : 

ME SUIVRE : 

  • Facebook Clean Grey
  • Twitter Clean Grey
  • Instagram Clean Grey

Impossible que j'entre dans le moule de la société!

25/08/2017

              «Tu es vraiment…différente!» «J’aime le fait que tu assumes le fait que tu es différente!» Je n’ai pas assez de doigts pour compter le nombre de fois que j’ai entendu ces phrases-là dans ma vie. C’est fou à quel point nous avons une idée préconçue de ce qui est normal ou non. La pression qui est mise sur chaque personne pour ‘’entrer dans le moule de la société’’. Quel moule ? Pourquoi toujours être identique ? Pourquoi lorsque nous ouvrons une boite de chocolat, nous aimons qu’ils aient des formes différentes, venant de différents moules, mais dans la vraie vie, lorsque nous avons un moule différent des autres, nous sommes pointés du doigt ? Combien de fois vous voyez un vêtement qui est plus flyé, pleins de motifs, des couleurs flamboyantes, que vous trouvez tout de même belles, mais que vous ne l’achetez pas ? Parce que ce n’est pas votre ‘’style’’ ; parce que votre entourage ne sera pas habitué de vous voir habillés ainsi ? Si vous trouvez ce vêtement beau, pourquoi ne pas l’acheter et ne pas le porter ? Peu importe que vous soyez dans un moule différent que celui que vous avez à l’habitude.

 

            De toute façon, qui décide le moule qui est bon ou non ? Qui prend la décision que le moule change, que la mode se transforme et que les humains doivent suivre en même temps ? En moins de quelques mois, un morceau de vêtement peut passer de votre favori au sac de poubelles, simplement à cause de l’excuse « plus personne ne porte cela ». Ce moule pousse les personnes plutôt timides, qui souhaitent plaire à tous, à agir d’une certaine façon, à suivre une certaine mode et faire un certain régime. Auparavant, plus les femmes avaient du poids, plus elles étaient désirables. Aujourd’hui, les filles qui portent des vêtements un peu serrés, mais qui n’ont pas un corps de modèle se font pointer du doigt. Le moule a maigri avec les années et tout le monde doit suivre.

 

            Ce moule est loin de simplement affecter la mode. L’ère des médias sociaux a un effet direct sur ces changements. Je n’ai absolument rien contre les médias sociaux, au contraire je les adore. J’ai mon compte personnel de Facebook et d’Instagram et j’y suis très active. Par contre, encore une fois, je n’entre pas dans le moule de la société sur ce thème. Si je prends une photo et que je la trouve belle, je la mets sur un des médias sociaux de mon choix immédiatement, sans passer un long moment à me dire que je devrais peut-être attendre plus tard en soirée, ou attendre une soirée qu’il fait moins beau, parce que les gens sont plus actifs sur les médias sociaux, ce qui veut dire plus de ''J'aime''. Même si mes dernières photos étaient au sujet d’un voyage et que j’en aie une quatrième que j’aime, je la mets, sans me dire que c’est trop ! Ma pensée est «Si ceci énerve les gens, ils ont simplement à cesser de me suivre ou à ne pas regarder mon compte!». Par contre, combien de garçons sentent la pression de mettre une photo d’eux même au gymnase, avec un gilet qui met en valeur leurs muscles, pour avoir plus de ''J'aime''? Combien de jeunes filles qui souhaitent faire comme les modèles et qui sont tellement à la recherche de ''J'aime'', qui posent presque nues ? Et le pire, c’est qu’évidemment, une fille qui met des photos en déshabillé sur les médias sociaux ramasse beaucoup plus de ‘’like’’, qu’une fille qui met toujours des photos d’elle-même habillées de la tête au pied. Le message que ceci envoie à toutes les jeunes femmes de ce monde? Pour avoir des ‘’j'aime’’, se sentir belle (oui oui, c’est l’effet qu’apportent les ‘’j'aime''), pour entrer dans le moule de la société, une craque de sein ou de fesse est nécessaire. Imaginez comment nous, les trois brunettes, aurions des abonnés et des ‘’j'aime'’ sur les médias sociaux, si les photos que nous avons prises auraient été au maillot ou en déshabillé, plutôt qu’avec notre gilet noir de brunette ? Nous n’aurions peut-être pas autant de lecteurs, mais laissez-moi vous dire que notre nombre d’abonnés monterait. Les abonnées seraient des gars qui veulent se rincer l’œil ou des jeunes filles qui se sentiront obligées de se comparer à nous. Le moule veut que l’intelligence, le talent, la passion, la joie de vivre et les sourires n’apportent pas les ‘’j'aime'’, mais bien les décotés, l’argent, le maquillage et les poses osées.

 

      Même pour les agissements, le moule a un effet. Les jeunes de la vingtaine sont immédiatement regardés différemment lorsqu’ils ne passent pas leurs fins de semaine dans des bars, à boire. Les jeunes adultes, au début trentaine qui n’ont pas une maison, ne sont pas mariés ou qui n’ont pas déjà une petite famille se sentent différent. Le moule de la société veut que les femmes souhaitent avoir des enfants. Dès qu’une femme mentionne que la maternité ne les attire pas, une pluie de question s’ensuit. Une femme DOIT vouloir avoir des enfants. Du même que les enfants doivent agir de plus en plus comme des jeunes adultes. Dès qu’un enfant est un peu trop excité ou parle un peu trop fort ; les parents sont pointés du doigt et sont demandé de mieux élever leurs enfants. Un enfant ne peut plus être un enfant.

           

            Le moule. La normalité. La similarité. Toutes des choses qui sont à l’opposé de moi. Quand quelqu’un me demande de me décrire, différent ou bizarre est le premier terme qui me vient à l’esprit. Lorsque j’étais plus jeune et que certaines personnes disaient que j’étais bizarre, c’était une insulte pour moi. Avec les années, j’ai appris à aimer cette différence et à l’affirmer. Mes amies et mon copain m’ont toujours fait comprendre que si je m’efforçais à entrer dans le moule de la société, je ne serais plus moi-même. Je ne peux pas être une personne à part entière, si je dois m’efforcer d’acheter des vêtements que j’aime, si je dois mettre des photos de moi décolletées et si je dois agir comme une jeune fille de vingt ans. Je porte toujours des leggings avec des designs, la plupart des photos sur mes médias sociaux sont mes amis, mon copain, ma famille et mon chien ; et je capote sur les minions, les films de Disney et le bricolage, ce qui fait plutôt enfant de 5 ans que jeune femme qui entre dans le monde des adultes.

 

              Plutôt que d’aimer, de souligner la normalité, pourquoi ne pas pousser les gens à agir de la façon qu’ils souhaitent, à exploiter qu’ils sont vraiment et à être la personne de leur choix. Acceptons la différence. Acceptons que ce ne soit pas tout le monde qui peut vivre dans le moule que la société a construit. Certaines personnes ne pourraient pas vivre dans ce moule et c’est parfait ainsi. Acceptons simplement que certaines personnes ressentent le besoin de briser ce moule, pour le remodeler à la façon de leurs choix.   

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

© 2017. Les trois brunettes. Créé avec Wix.com

  • b-facebook
  • Instagram Black Round