Please reload

PAR TAGS : 

Please reload

POST RÉCENTS : 

ME SUIVRE : 

  • Facebook Clean Grey
  • Twitter Clean Grey
  • Instagram Clean Grey

À sac à dos ou à dos de chameau

28/08/2017

 

Pour moi le voyage

C’est surtout fuir ses responsabilités

Oublier ses tracas quotidiens

C’est en quelque sorte un aveuglement volontaire

Une amnésie sélective

On choisit de ne garder à l’esprit

Que le bon, l’agréable

Que ce qui ne peut troubler

Notre aparté, parenthèse

Et nous remmener à la brutale réalité

Des factures, des dates, de la paperasse

Des rendez-vous, et j’en passe

 

On oublie, on nie

Et on flotte, apaise, libéré

Regardant le monde d’un autre œil

Posant autour de soi un regard nouveau

Chaque bouffée d’air

Nous affranchissant davantage

De nous même

Et cette envie de chanter, de scander

Nous envahit parfois 

« Je ne viens pas d’ici, je viens d’ailleurs! »

Comme gage de liberté

 

On se croit créature exotique et exquise

Allumée d’une nouvelle confiance

Loin du regard de notre société qui nous transperce

Des jugements de nos semblables

Illusion peut-être

Mais délivrance de l’esprit

On a l’impression d’oser enfin

Être soi-même sans retenue

Et sauter à pieds joints

Dans le plaisir des excès divers

 

Le voyage

C’est plus que fouler des terres inconnues ou lointaines

C’est aussi se trouver un refuge temporaire

Pour s’abriter des aléas de la vie

C’est découvrir une alternative, une trêve

À cette monotonie familière

Et s’y oublier un instant

C’est retrouver sa fougue, sa curiosité d’enfant

Et se délecter des simples plaisirs de la vie

Mais en même temps guetter l’heure de la fin

Où ce n’est plus dans les douces vagues scintillantes que nous plongerons

Mais dans la solennité terne de notre vie réelle

Trêve de plaisanteries

 

Malgré tout, le murmure des vagues,

Le soupçon de sable et de sel

Ne nous quittent pas

Et le voyage reste en nous

Omniprésent

Ayant changé notre regard

Notre façon d’embrasser la vie

Ou est-ce plutôt une partie de nous

Laissée derrière, là-bas

Qui nous appelle parfois

Brûlant nos pieds

Habitant nos pensées

Nous pressant de partir à nouveau

Le sac sur le dos

Et le cœur embrasé

D’envie d’aventures nouvelles

Loin, très loin, à l’étranger

 

En voyage, je partirai.

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

© 2017. Les trois brunettes. Créé avec Wix.com

  • b-facebook
  • Instagram Black Round