Please reload

PAR TAGS : 

Please reload

POST RÉCENTS : 

ME SUIVRE : 

  • Facebook Clean Grey
  • Twitter Clean Grey
  • Instagram Clean Grey

Weinstein, Salvail et Rozon: les victimes dénoncent

22/10/2017

 

Déjà quatre fois que je recommence cet article. Aucune idée par quel bout commencer. Aucune idée comment décrire mes sentiments face à ces situations, mais surtout face à la société. Aucune n’idée ce que je peux dire de plus qui n’a pas été dit. Une chose est certaine, j'ai une grande admiration pour les victimes qui ont dénoncées!

 

Depuis l’affaire Weinstein - le fameux producteur de cinéma qui a abusé d’actrices –, les cas de dénonciation d’agression à caractère sexuel déboulent. Tout d’abord Éric Salvail qui est accusé d’agissements sexuels et par la suite Gilbert Rozon qui est accusé d’agression à caractère sexuel. Et boom, la société s’ouvre les yeux. Les gens comprennent qu’ils ne connaissent pas tant que cela ceux qu’ils côtoient. Et surtout, que le show buisness québécois n’est pas aussi rose que l’on pensait.

 

Tout d’abord, Éric Salvail. Sachez qu’avant les allégations, j’étais son admiratrice #1. Je regardais presque tous les vidéos qui passaient en ligne et écoutais son émission de radio régulièrement. Vous comprendrez donc ma surprise quand j’ai compris la situation. Plus d’une dizaine de personnes l’ont dénoncé. Des agissements inacceptables, dégradants, humiliants et malfaisants. Malgré le fait que plus d’une dizaine de personnes ont avoué leurs situations, encore des gens disaient que ceci était faux. Imaginez-vous ! 10 personnes dénoncent et ils ne sont toujours pas crues. Et ensuite vous vous demandez pourquoi lorsqu’une seule personne est agressée, elle ne dénonce pas. C’est évident. Nous avons tendance à ne jamais croire les victimes.

 

C’est ainsi que la société est faite. La société est tellement patriarcale que les hommes, dont Éric, se donnent le pouvoir de faire tout commentaire et/ou agissement, sans même réaliser l’ampleur de la situation. Dans sa tête, il était normal de créer des malaises en faisant de l’exhibitionniste ou en ramenant tout au sexe. De plus, pour toutes les personnes qui disent que si les victimes sont restées dans l’anonymat, sauf une, ceci signifie que les accusations sont fausses. Laissez-moi vous dire que la seule victime à avoir accepté que son nom soit public, un coiffeur/maquilleur, doit se faire harceler de messages et de questions. Il est certain que les gens doutent. Quand ça vient à une agression sexuelle, les gens doutent toujours et les victimes ne sont pas crues. Dans un cas où l’agresseur est connu, les victimes ont encore moins de crédibilité aux yeux de la société. Et c’est justement pour cela que ceci a lieu. C’est un abus de pouvoir, un abus de contrôle.

 

Par la suite, Gilbert Rozon, le président de Juste pour rire a reçu des accusations d’agression sexuelle. Personnellement, ceci a été moins un choc, puisqu’il était déjà considéré comme un agresseur. Effectivement, en 1998 il a plaidé coupable d’agression sexuelle sur une jeune femme. Certains pourront dire que je suis sans-cœur ou que je suis crue, mais j’ai aucune pitié pour cet homme. C’est certainement une chute aux enfers qui l’attend, mais pour comprendre ce qu’il a fait vivre à ces femmes, il doit la vivre.

 

Avec ces dévoilements, le cas Weinstein et le #metoo, j’espère grandement que la société va comprendre que l’harcèlement sexuel ou que les agressions sexuelles doivent cesser. Ceci ne veut pas dire qu’il a plus d’agressions en 2017 qu’avant – même si je ne serais pas étonné du contraire –, mais plutôt que les victimes décident finalement de dénoncer. En entendant d’autres personnes dénoncer des agressions, les victimes se sentent moins seules et décident de dénoncer à leurs tours.

 

Lorsque vous entendez parler d’harcèlement ou d’agression sexuelle, ne faites pas la sourde oreille. Réagissez, écoutez et soutenez ! Même en écoutant les nouvelles, si vous entendez un cas d’agression, ne jugez pas trop vite. Si c’est quelqu’un de votre entourage qui est victime, cette dernière ne sera pas portée à aller se confier à vous, se croyant jugée. Non c’est non, peu importe qui tu es ! Nous souhaitons que les agresseurs soient dénoncés, et bien ne juger pas les victimes une fois qu’ils ont assez confiance pour le faire.

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

© 2017. Les trois brunettes. Créé avec Wix.com

  • b-facebook
  • Instagram Black Round