Please reload

PAR TAGS : 

Please reload

POST RÉCENTS : 

ME SUIVRE : 

  • Facebook Clean Grey
  • Twitter Clean Grey
  • Instagram Clean Grey

Au temps des sorcières...

29/08/2018

 

Chapeau pointu, nez crochu, assise sur son balai, elle survole le ciel obscur de la nuit en compagnie de son cher complice, son chat noir. Elle peut avoir une apparence monstrueuse ou possède certains atouts physiques qui font d'elle une séductrice hors pair. Elle existe depuis longtemps, et fait énormément parler d'elle depuis l'antiquité à aujourd'hui. Vous l'aurez deviné, il s'agit d'une sorcière! 

 

Cependant, les sorcières dont je vais vous parler ne sont pas celles qui sont les antagonistes de nos contes de fées pour enfants, mais plutôt celles qui ont été victimes de nombreuses violences, il y a de cela plusieurs siècles lors de la grande chasse aux sorcières. Des tortures que même les gens les plus fous ne peuvent imaginer. Je vous préviens, attention aux cœurs sensibles!

    

Il est difficile de s'imaginer comment une vague de folie a pu se répandre ainsi dans plusieurs pays de l'Europe, et donner lieu à la chasse aux sorcières. Cependant, il faut comprendre qu'à la fin du Moyen-Âge aux Temps modernes (XVe et XVIIe siècle), la peur de l'enfer est très présente dans l'imaginaire des gens, et les gens sont gouvernés par celle-ci. D’un côté, le bien cherche à assurer l’ordre, la sécurité et conserver le monde dans lequel nous vivons. C'est Dieu et les anges qui assurent cette protection. Mais le bien ne peut pas exister sans mal, car ils sont tous les deux en oppositions. Le mal cherche alors à détruire le monde, le désorganiser, et y apporter un danger, un chaos. 

 

Ainsi, les gens cherchent à trouver une explication à tous les évènements et la seule explication plausible peut venir de deux forces opposées, le bien ou le mal. Si un désastre s'abat sur un village ou que la nature de certains événements était négative, il n'y avait aucun doute : c'était l'œuvre de Satan et celui-ci avait sûrement impliqué dans son plan, certaines personnes du village. Les croyances de l'époque sont aussi basées sur le mythe que la femme porte le péché originel d'Ève. Dû à leur faiblesse et à l’infériorité de leur intelligence, les femmes seraient par nature prédisposées à céder aux tentations de Satan, il est alors plus facile pour celui-ci de les séduire. 

 

Le XIVe et le XVe siècle sont marqués par de nombreux malheurs, tel que, la guerre de Cent Ans, des épidémies de la peste qui fait des millions de morts, et aussi par un léger refroidissement en Europe.  Ces mauvaises conditions climatiques affectent les récoltes, ce qui entraîne la famine. L'époque moderne est un siècle aussi marquée par de grandes crises économiques et sociales, c'est un temps d'angoisse et les gens ont peur du jugement dernier. Ces évènements sont considérés comme étant l'œuvre du diable et les sorcières sont alors accusées d'en être responsables.

 

C'est à ce moment que dans plusieurs pays d'Europe, des rumeurs ont commencé à se répandre accusant certaines femmes d'avoir pour mission de répandre le mal. On les accusait d'avoir contaminé l’eau potable, le bétail et d'être responsables des maladies, des infestations, des famines jusqu'à même tuer des enfants et de les manger! Bien sûr, il n'y avait aucune preuve pour appuyer de tel propos, mais les gens y croyaient fortement. Ainsi, la grande chasse aux sorcières est lancée. On suppose qu'il y a eu plusieurs milliers de cas d'accusation de sorcellerie et jusqu'à 80 000 exécutions! La chasse aux sorcières est un phénomène très rural, dans les grandes villes ce phénomène n'est pas vraiment présent. 

 

Tous pouvaient être accusés de comploter avec le diable, nul n'était à l'abri. Les accusés exercent toutes les professions et viennent de toutes les classes sociales. Toutefois, les accusés sont majoritairement des femmes à cause du rôle qu'elles détiennent dans la cuisine, leur connaissance avec les herbes médicinales ou encore parce qu'elles occupent la profession de sage-femme.

 

Les sages-femmes étaient les premières condamnées quand les nouveau-nés ne survivaient pas. Beaucoup de femmes se retrouvant au banc des accusés étaient de vieilles femmes, veuves, pauvres et marginalisées. Cependant, les sorcières doivent aussi pouvoir séduire et pervertir. C’est pourquoi de jeunes femmes célibataires sont aussi accusées, car sans époux pour veiller sur leur encadrement elles peuvent s’abandonner plus facilement au mal et à la perversion. Il n'est donc pas surprenant que 3 personnes sur 4 envoyées au bûcher fussent des femmes! Toutefois, les personnes de tous les âges sont accusées, même des enfants! On accuse tout le monde pour n'importe quoi. Il est facile d'inventer une rumeur de sorcellerie sur le voisin ou la voisine qu'on n'aime pas.

 

               

Selon le livre Marteau des sorcières, un manuel religieux publié en 1486 et destiné à combattre les démons, les sorcières se réunissent la nuit pour danser nues autour de grands feux et pour avoir des relations sexuelles avec le Diable. Les sorcières prennent possession du corps des gens et les force à faire des choses contre leur gré, comme coucher avec la femme de son cousin ou voler la vache du voisin. De plus, elles offrent des nouveau-nés comme offrande au Diable et jettent des sorts aux gens qu'elles n'aiment pas.

 

De nombreux ouvrages ont été publiés depuis le XVe siècle pour expliquer à tout bon Inquisiteur (juge ou membre de l'Inquisition, un tribunal catholique) comment identifier une vraie sorcière d’une fausse. Le but est d'en arriver à une confession. Pour faciliter la confession, on utilise alors la torture.  L'accusée est enfermée dans un cachot sans nourriture ni eau. De temps en temps on venait lui demander si elle avait déjà dansé avec le Diable, ou si elle a eu une relation sexuelle avec lui. Tant qu’elle persistait à dire « non » on refermait la porte et on recommençait jusqu'à ce qu'elle avoue, ou… bref, on connait trop la suite.

 

Puisque cette méthode demandait une certaine patience, d’autres techniques ont été développées pour accélérer le processus. Toutes les tortures étaient permises pour dénicher la vraie sorcière. Il arrive fréquemment de brûler les accusées ou de verser sur leur corps nu de la cire chaude, du plomb en fusion ou de l'alcool enflammé. Des outils spécifiques étaient utilisés pour déchirer, brûler et enlever leurs seins et les organes génitaux des femmes. On s'attaquait à ce qui faisait d'elle une femme, la torture était sexualisée. La chasse aux sorcières fut l'un des moments dans l'histoire où les pires tortures furent inventées.

 

Les accusées ont peu de chance de s'en sortir en vie, car soit elles décèdent suite à des blessures causées par la torture, soit elles sont brûlées vivantes au bûché. Ce n'est que par le feu que l'on tue véritablement une sorcière. Une technique populaire utilisée pour déterminer si l'accusée était une sorcière consistait à la jeter dans l'eau en s'assurant de lui avoir attaché les mains et les pieds. Si la victime flottait, c'est qu'elle était manifestement une sorcière, car l'eau bénite la rejetait, on pouvait alors la brûler, mais si elle coulait c'est parce qu'elle était innocente. On dirait bien que dans les deux cas, c'était la mort assurée! 

 

Et puis, il y a la fameuse marque du Diable. Cette technique consistait à déshabiller entièrement l’accusée devant des témoins, et chercher la marque du Diable sur son corps. Ladite marque n’avait aucune description précise.

 

Donc un grain de beauté, une tache de naissance ou n’importe quelle cicatrice suffisait à déclarer l’accusée coupable. Ouf, avec tous les grains de beauté que j'ai sur mon corps, j'aurai été dans un sacré pétrin!

 

La sorcellerie était une explication à tout ce qu'on ne comprenait pas et ne connaissait pas. Les gens y croyaient, car elle était la réponse parfaite à toutes les catastrophes et les évènements inexplicables.  Il fallait trouver un coupable, quelqu'un qui avait  conspiré avec le diable et exécutait son œuvre, alors qui de mieux qu'une femme!

 

La chasse aux sorcières était un phénomène collectif, puisque c'est tous les gens du village, les juges et les autorités y participaient. Mais pourquoi une telle violence et pourquoi les femmes sont les premières condamnées? Des femmes au talent de guérisseuses, d'autres qui ont commis un adultère, des femmes de tête forte ou des femmes qui avaient simplement refusé de se soumettre aux hommes. Toute femme qui défiait les attentes patriarcales que la religion avait imposées devenait une cible de féminicide parfaite. Un jury composé strictement d'hommes décidait de qui était pour vivre et qui devait mourir.

 

Il est évident que la chasse aux sorcières est un phénomène misogyne qui découle d'une haine et d'une peur envers les femmes. Des hommes d'Église qui refoulent leur sexualité et tiennent les femmes responsables pour leurs désirs sexuels. Toutefois, il faut savoir que même si cela s’est passé il y a plusieurs siècles, ce phénomène existe toujours. Malheureusement, encore aujourd'hui dans plusieurs pays, des femmes sont brutalisées, torturées et tuées au nom de la religion, et par des superstitions de sorcellerie qui se maintiennent toujours. 

 

Je termine sur une citation d'une auteure inconnue. Cette citation que j'adore, fait le lien parfait entre le passé et aujourd'hui…

 

 

« We are the granddaughters of the witches you could not burn! »

 

Share on Facebook
Share on Twitter